Divers

Photovoltaïque - Aspects juridiques

Photovoltaïque - Aspects juridiques


Photovoltaïque en Italie: aspects juridiques


Note 1

Page 1 - 2

Le photovoltaïque a soulevé de nombreuses questions pour les avocats appelés à identifier les instruments contractuels appropriés pour assurer la disponibilité, en faveur des investisseurs, des sites appartenant à d'autres nécessaires à l'installation des systèmes.

Définition du photovoltaïque

Le système photovoltaïque a été défini par une récente détermination de l'agence du territoire comme une USINE à tous égards et donc des unités immobilières. Cette définition détermine non seulement les conséquences économiques telles que le paiement de l'ICI et l'inscription obligatoire, mais également une série de considérations juridiques concernant les institutions à utiliser.

L'Agence du Revenu considère donc le système photovoltaïque comme une véritable installation industrielle, destinée à la production d'électricité à travers des modules photovoltaïques, qui peuvent être pré-assemblés mécaniquement pour former un panneau photovoltaïque. En effet, l'agence prend en considération les panneaux posés en permanence au sol, les assimilant aux turbines des centrales hydroélectriques, utilisées pour transformer l'énergie mécanique de l'eau en électricité, à travers l'alternateur., L'énergie produite est ensuite injectée dans le réseau électrique national.

Les instituts juridiques de référence pour l'étude du cas peuvent être brièvement réduits à TROIS

  1. achat de droits de propriété
  2. achat d'un droit réel
  3. bail - location

En référence au contrat de location, l'art. 1571 cod. civ. lit: "le bail est le contrat par lequel une partie est obligée de laisser à l'autre la jouissance d'un bien meuble ou immeuble, pendant un temps donné, moyennant des frais spécifiques.”


Note 2

L'art suivant. 1615 cod. définit le contrat de location: "Lorsque le bail a pour objet la jouissance d'un bien productif, meuble ou immeuble, le locataire doit en assurer la gestion en fonction de la destination économique de la chose et de l'intérêt dans la production. Il a droit aux fruits et autres avantages de la chose.”

Le contrat de location est donc un sous-type du contrat de location et se caractérise par deux éléments essentiels:

  • OBJET DE LA JOUISSANCE DE LA CHOSE PRODUCTIVE
  • Le locataire a l'OBLIGATION DE PRENDRE SOIN DE LA GESTION CONFORMÉMENT À LA DESTINATION DE LA CHOSE DANS L'INTÉRÊT DE LA PRODUCTION

Mais quelle est la CHOSE PRODUCTIVE?

Pour la construction d'un système photovoltaïque, nous avons besoin d'un sol destiné à la terre ou à la toiture - sol solaire - terrasse etc. Ces «choses» peuvent-elles être qualifiées de productives?

  • une réponse positive doit impliquer un bail
  • une réponse négative doit impliquer un bail

Dans les temps les plus anciens, l'objet productif de la location-rente était le fond rustique conçu pour produire naturellement des fruits selon la politique de culture que le fermier et avec l'aide de l'homme lui imposaient. Neglianni, cependant, de nouvelles activités productives ont été ajoutées comme objet possible à louer indépendamment de l'aptitude naturelle à la fructification, donc la catégorie est très large, il suffit de penser aux nombreuses hypothèses de location d'entreprise.

La dernière phrase de la Cour suprême de cassation concernant l'identification exacte du contrat de location a élargi le champ d'application de la règle et l'applicabilité du contrat de location à de nombreuses hypothèses. Dans des arrêts récents, la cassation civile a précisé que «pour configurer un contrat de location, il faut non seulement que le contrat porte sur une chose potentiellement productive, mais aussi que la disponibilité du bien soit accordée afin de permettre au locataire un gestion de la même (cass. Civ. n. 250/2008 et 2919/1998).

Les terres agricoles ont toujours eu le potentiel productif naturel, ils ajoutent celui de fruits qui ne sont pas vraiment naturels avec l'électricité mais ils ont toujours besoin de moyens techniques, d'activité humaine et même DELSOLE LIGHT.

Il est certain que si on parle de loyer de la part du locataire, il y aura une obligation pour toute la durée du contrat, non pas de changer la destination du bien (comme pour tous les baux) mais surtout l'obligation de la gestion productive de celui-ci conformément à sa destination économique et dans l'intérêt de la production Destination économique et intérêt de la production qui peuvent être décidés et impressionnés par les parties au moment de la signature du contrat. Comme prévu dans le contrat, en effet, cette obligation ne profite pas seulement à l'une des parties mais à l'intercommunauté.

Parlons du bail et du contrat de location

Le bail et le contrat de location sont définis par la doctrine comme des contrats:

  1. consensuel
  2. pénible
  3. de durée
  4. avec effet obligatoire
  5. commutatif

1. Consensuel

Afin de compléter le contrat, un échange de consentements est nécessaire, d'où découlent des obligations et des droits mutuels. Il ne nécessite pas une forme particulière pour laquelle il est généralement dit qu'il est gratuit, mais dans le cas dont nous avons affaire, prévoyant une durée certainement longue et supérieure à 9 ans, la forme écrite ad substantiamai selon l'art. 1350 n. 8 cod. et dans ce cas, le contrat est soumis à transcription.

2. Onéreux

Pour mettre en place le bail ou le contrat de location, il est nécessaire de payer une redevance meilleure que le paiement d'une redevance qui ne peut pas consister en une forme de remboursement de frais. En règle générale, il est fixé à une somme d'argent pour une certaine période de temps, mais il peut également être convenu en nature ou il peut varier en fonction de la productivité de la propriété ou des bénéfices du locataire. La mesure de la redevance est généralement laissée à l’autonomie des parties

3. De durée

La gestion productive d'une chose implique nécessairement la prolongation de l'activité commerciale dans le temps. De l'art. 1616 prescrit donc que si les parties n'ont pas prévu dans le contrat une durée du contrat, chacune d'elles peut se retirer à tout moment, moyennant un préavis suffisant. Il est rappelé qu'en raison des dispositions générales dictées pour le bail mais également applicables au bail, la durée du contrat ne peut être SUPÉRIEURE À TRENTE ANS

4. Avec effet obligatoire

Le contrat engendre des obligations pour le bailleur et le locataire-locataire dont les principales sont:

  • il appartient au propriétaire de laisser le locataire profiter de la chose
  • sur le locataire de payer la contrepartie, le loyer

5. Commutatif

Le bail est un contrat commutatif et c'est-à-dire qu'il doit avoir la certitude de l'exécution respective des parties. Il est donc exclu qu'il puisse être aléatoire car le risque demeure avec le locataire entrepreneur et non le bailleur.

Page 1 - 2

Noter
  1. Crédit: NASA / Jim Grossmann;
  2. Crédit: Wikipédia / Klaus Holl.

Vidéo: Simulation dun panneau solaire avec MATLAB SIMULI