Informations

Bromeliaceae - Comment guérir et faire pousser des broméliacées

 Bromeliaceae - Comment guérir et faire pousser des broméliacées


COMMENT CULTIVER ET ENTRETENIR NOS PLANTES

LES BROMELIACEAE

CLASSIFICATION BOTANIQUE

Royaume

:

Plantae

Clado

: Angiospermes

Clado

: Monocotylédones

Clado

: Commélinoïdes

Orden

:

Poales

Familia

:

Bromeliaceae

Sous-familles

:
  • Bromelioideae: cette sous-famille se caractérise par le fait que les feuilles sont disposées en rosette qui forment le puits caractéristique, avec des feuilles épineuses. Ce sont souvent des épiphytes (ils n'ont que des racines aériennes et poussent attachés aux arbres qu'ils utilisent comme support) mais différents sont terrestres. Les genres classés dans cette sous-famille sont:Aechmea, Ananas, Neoregelia, Cryptanthus, Nidularium etc.
  • Tillandsioideae: la plupart des espèces de cette sous-famille sont des épiphytes et poussent sur des roches, qui ne sont utilisées que comme support. Les feuilles sont dépourvues d'épines et le fruit est une capsule. Les genres que nous trouvons dans cette sous-famille sont: Tillandsia, Vriesea, Guzmania etc.
  • Pitcairnoideae: ce sont des broméliacées terrestres aux bords très souvent épineux et charnus, ressemblant à ceux de l'agave avec lesquels ils partagent les mêmes milieux. On retrouve le genre dans cette sous-famille Pitcairnia etc.

Les trois sous-familles sont distinctes les unes des autres et il n'y a pas d'accord général entre les botanistes sur la classification.

Gentil

: il y a environ 51 généraux dans la famille de Bromeliaceae. Les plus répandus et les plus cultivés sont décrits dans le paragraphe «Tableaux planémographiques des principaux genres et espèces».

CARACTÉRISTIQUES

Famille de Bromeliaceae, regroupe des plantes extrêmement décoratives non seulement pour leurs feuilles aux couleurs très variées et vives mais souvent aussi pour leurs floraisons spectaculaires. Ce sont des plantes qui, depuis plusieurs années, commencent à être présentes dans tous les foyers.

Peu de familles du règne végétal regroupent autant de variétés que celle-ci en termes de taille, de forme, de couleur et de feuillage.


Néoregelia spp.

Le nom broméliacées il dérive du botaniste suédois Olaf Bromel (1639-1705) qui les a étudiés pour la première fois.

Ce sont des plantes indigènes des forêts humides d'Amérique tropicale et subtropicale (principalement du Brésil mais allant du Chili à l'Argentine pour continuer jusqu'aux Caraïbes jusqu'à ce qu'elles atteignent leur limite nord en Virginie) que l'on trouve du niveau de la mer à plusieurs centaines de mètres au-dessus. niveau de la mer sauf pour le Pitcairnia feliciana, originaire d'Afrique de l'Ouest.

Beaucoup de broméliacées sont des épiphytes (elles n'ont que des racines aériennes et poussent attachées aux arbres qu'elles utilisent comme support); d'autres terrestres (qui poussent dans la terre par des racines dans des sols très riches en humus); des plantes grimpantes accrochées aux troncs d'arbres avec leurs racines adventives; d'autres poussent dans les marais, d'autres encore dans des sols saumâtres, bref, avec 51 genres et environ 1520 espèces qui feront cette grande famille, il existe vraiment une grande variété.

Leurs dimensions sont également extrêmement variées: de quelques centimètres (comme certaines tillandsia) à plusieurs mètres (comme Aechmea).


Tillandsia spp.


Aechmea spp.

Presque toutes les espèces de broméliacées ont la particularité d'avoir les feuilles disposées en rosette, plus ou moins élargie à la base, qui peut être plus ou moins dressée ou plus ou moins inclinée voire horizontale et rigide. Dans tous les cas, tous ont de grandes feuilles qui chez certaines espèces sont épineuses le long des bords des limbes, d'autres sont totalement inermes, d'autres sont succulentes et aux couleurs très variées: toutes les nuances de vert plus ou moins marbrées, tachetées ou striées de rouge , au violet, au noir, avec de la crème.

Dans de nombreux genres, les feuilles sont pourvues de poils (trichomes) qui aident à résister à la déshydratation et à réfléchir la lumière et aident donc à réduire la perte d'eau, les rendant ainsi capables de coloniser les zones arides.


Vriesea spp.

La particularité que l'on retrouve dans toutes les espèces de broméliacées (de manière plus ou moins évidente) est la présence dans la partie centrale de la rosace d'une sorte de couvercle ou puisard étanche. Dans cette coupe dans les plantes dans la nature, l'eau de pluie est collectée qui sert de réserve d'eau à la plante. En plus de l'eau, divers organismes animaux et végétaux se rassemblent également dans ce puits et, mourant et se dégradant, fournissent à la plante une source de nourriture qui est absorbée par la partie basale des feuilles.

Dans la nature, ces réservoirs sont souvent importants pour certaines espèces de grenouilles tropicales car leurs œufs et leurs têtards se développent à l'intérieur et c'est grâce à cet écosystème que certaines grenouilles passent toute leur vie au sommet des arbres tropicaux. Comme beaucoup d'araignées, d'oiseaux, de chauves-souris, de serpents et de salamandres, ils les utilisent comme abri et comme source d'eau. Les broméliacées forment donc de véritables écosystèmes qui dans certains pays (par exemple en Floride) représentent un patrimoine de biodiversité irremplaçable et protégé.

À partir de la rosette centrale des feuilles (à quelques exceptions près), une inflorescence se développe à partir d'une stelofiorale formée de petites fleurs normalement rassemblées à l'intérieur de bractées de couleurs variées et très voyantes. Chez certaines espèces de broméliacées, les fleurs sont parfumées pour attirer les insectes pollinisateurs.


Nidularium spp.

En fin de floraison ces plantes nous ravissent avec la production de baies ou de capsules selon les espèces, très colorées, au sein desquelles se développent des graines majoritairement anémophiles en diffusion (par le vent).

La particularité de la floraison des broméliacées qui se produit à partir du centre de la rosette entraîne l'inconvénient qu'après elle, la plante mère meurt car elle est incapable de produire de nouvelles feuilles (cela se produit dans la plupart des espèces). Mais avant que cela ne se produise, la plante crée des drageons à sa base qui peuvent être détachés et élevés indépendamment (voir les détails dans les fiches des plantes individuelles).

Les plantes que nous trouvons dans la maison sont généralement des épiphytes même si elles se sont adaptées à la culture en pot (à l'exception de la tillandsia).

La première broméliacée introduite en Europe fut l'ananas, avec Cristoforo Colombo, revenant de son deuxième voyage du nouveau monde (1943). Ce n'est que longtemps plus tard que les autres espèces ont commencé à être introduites et parmi les premières les Guzmania(1776) suivi du Aechmea (1828) puis par Vriesea(1840).

Les méthodes de culture des différentes broméliacées sont spécifiées dans les tableaux des espèces individuelles qui sont rapportés ci-dessous:

Registres monographiques des principaux genres et espèces de broméliacées


Vidéo: Épisode #1 - la culture des caladiums par @lagreenista